[:fr]En Inde, la traque des musulmans s’accélère[:]


[:fr]

Ainsi sont-ils !

En Assam, dans le nord du pays, les nationalistes hindous ont lance une violente campagne d’expulsion des paysans sans terre, soupçonnés d’être des migrants illégaux venus du Bangladesh. Les expulsions visent des musulmans, des paysans qui se sont établis là, souvent depuis des décennies.

Ce concentré de la violence qui secoue l’Inde régulièrement et qui cible essentiellement les musulmans vise aussi les dalits, autrefois appelés « intouchables », les hommes et femmes les plus bas dans l’échelle sociale. Elle illustre aussi la politique antimusulmane en cours dans cet État. Le soir même, le chef de gouvernement de l’Assam, Himanta Biswa Sarma, a assuré que la campagne d’expulsion se poursuivrait. « La police a fait son devoir. D’après mes informations, les gens ont attaqué la police avec des machettes, des lances et d’autres choses », a-t-il déclaré, sans autre élément de preuve.

Le gouvernement de l’Assam dirigé par le parti de Narendra Modi, le Bharatiya janata Party, (BJP) depuis 2016, mène, au nom de la défense des « autochtones », une véritable traque des « illégaux » C’est dans cet État de 33 millions d’habitants – 61 % d’hindous et 34 % de musulmans – qu’a été mis en place, en 2019, le registre national citoyen qui vise à « éliminer » les immigrés qui ont fui le Bangladesh après l’indépendance de ce pays en 1971.

Source : Le Monde du 4 octobre 2021

 

[:nl][:de][:en][:]

[:nl]

[:de]

[:en]

[:]