[:fr]Commémoration de 14-18 : A bas la Guerre ![:]


[:fr]

Otto Dix : La Guerre

Le bilan de la Grande Guerre fut effroyable : 75 millions d’hommes mobilisés à travers le monde, près de 10 millions de soldats et 9 millions de civils tués, soit une moyenne de 10 400 tués par jour, 21 millions de soldats blessés, 300 000 gueules cassées, des millions de veuves et d’orphelins, des villes rasées… Et pourquoi ? Pour pouvoir recommencer quelques 20 ans plus tard. Le meurtre de masse n’a jamais réglé les problèmes que se posent les peuples et les Nations.

A l’horreur du combat, s’ajouta la terreur instituée par les juridictions militaires pour faire obéir les hommes. De 1914 à 1918, 136 soldats ont été condamnés à mort par des conseils de guerre. Des hommes condamnés sans réel moyen de se défendre. 124 échappèrent au peloton par une grâce royale. 12 soldats furent fusillés. Ils devaient servir d’exemple.

S’endormir lors d’une garde, insulter un officier, battre en retraite alors que l’on était l’un des rares survivants d’un assaut, refuser de monter à l’assaut en raison d’un état de choc, etc. furent autant de prétextes à des condamnations à mort pour imposer à tout prix l’autorité des officiers.

Enfants du peuple, ils sont morts lors d’un conflit qu’ils n’ont ni désiré ni fomenté.

Pour les veuves et les orphelins de ces hommes, au deuil s’ajouta le déshonneur public et le refus d’une pension de guerre.

Des descendants des soldats condamnés à mort ont, dans une lettre ouverte, demandé au gouvernement fédéral de présenter des excuses en 2014, à l’occasion du centenaire de la Grande Guerre.

Le CLP-KVD, quant à lui, a pris l’initiative de lancer un appel pour une réhabilitation collective des Fusillés pour l’Exemple de 1914-1918. Il s’est adressé au gouvernement pour exiger que justice soit rendue à ces hommes, à leur famille, à l’Histoire..

Toujours aucune réponse alors même que cette réhabilitation collective n’entraînerait aucune dépense à charge de l’État ! Alors, pourquoi ce gouvernement ne le fait-il pas ? Réhabiliter les Fusillés serait-il pour le gouvernement admettre comme des droits démocratiques fondamentaux : le droit à la désobéissance, le devoir de désobéir, le devoir de conscience ? Les Libres Penseurs sont pour la liberté absolue de conscience et de comportement, un homme a le droit de refuser de mourir, de ne pas tuer son frère, de refuser de porter les armes. De cela, ceux qui veulent maintenir l’exploitation et l’oppression n’en veulent pas.

Ce combat pour la réhabilitation collective des Fusillés pour l’Exemple est aussi le moyen pour nous libres penseurs, pacifistes, antimilitaristes de rétablir les faits et de faire connaître la véritable histoire de cette guerre impérialiste et assassine.

Réhabiliter les Fusillés, c’est refuser l’arbitraire et le crime en toutes circonstances, d’où qu’ils émanent. Cette revendication s’appuie sur la liberté humaine et contre l’oppression qui faisait dire à E. Kant « Or, pour les lumières, il n’est rien requis d’autre que la liberté; et à vrai dire, la liberté la plus inoffensive de tout ce qui peut porter ce nom, à savoir celle de faire un usage public de sa raison dans tous les domaines. Mais j’entends présentement crier de tous côtés : « Ne raisonnez pas ! » L’officier dit : « Ne raisonnez pas, exécutez !  » Le financier : « Ne raisonnez pas, payez !  » Le prêtre : « Ne raisonnez pas, croyez ! » […] Il y a partout limitation de la liberté. […] »

Les Fusillés pour l’Exemple doivent être réintégrés dans la mémoire collective, à égalité avec les autres victimes de la boucherie humaine qui a ensanglanté le monde en 14-18.

Ce qui a été possible en Allemagne, en Angleterre, au Canada, en Nouvelle-Zélande doit être possible en Belgique ! La réhabilitation collective doit devenir une réalité !

Des leçons du passé ? « Cette guerre ne fut pas l’aboutissement de la violence, elle en fut le prélude. » (Ernest Jûnger) ; les guerres sont effroyables et l’on pourrait penser que la lucidité du passé éclairerait le présent.

Ainsi si l’on relit le Manifeste de Zimmerwald en 1915, adopté par la première Conférence internationale des socialistes opposés à la guerre : « Les institutions du régime capitaliste qui disposent du sort de peuples, les gouvernements (monarchiques ou républicains), la diplomatie secrète, les puissantes organisations patronales, les partis bourgeois, la presse capitaliste, l’Eglise – sur elles repose toute la responsabilité de cette guerre, surgie d’un ordre social qui les nourrit. » ou bien encore le Manifeste de Kienthal en 1916, adopté à la deuxième conférence plénière internationale pour la Paix , par vingt-huit partis socialistes et quarante-quatre délégués d’organisations politiques socialistes et de syndicalistes, représentant l’Allemagne, l’Italie, la Russie, la Pologne, la Serbie, le Portugal, la Russie, la Suisse, l’Internationale socialiste des jeunes, et trois députés socialistes français : « Ni vainqueurs ni vaincus, ou plutôt tous vaincus, c’est-à-dire tous saignés, tous épuisés : tel sera le bilan de cette folie guerrière. Les classes dirigeantes peuvent ainsi constater la vanité de leurs rêves de domination impérialiste…

Le vrai but de cette boucherie mondiale est, pour les uns de s’assurer la possession du butin qu’ils ont rassemblé pendant des siècles et au cours d’autres guerres ; pour les autres d’aboutir à un nouveau partage du monde, afin d’augmenter leur lot en annexant des territoires, en écartelant des peuples, en les rabaissant au niveau des parias. Vos gouvernements vous disent qu’il faut continuer la guerre pour tuer le militarisme. Ils vous trompent. Le militarisme d’un peuple ne peut être ruiné que par ce peuple lui-même. Et le militarisme devra être ruiné dans tous les pays….

Voilà le parti des prolongeurs de la guerre. A lui les forces gouvernementales, à lui les journaux menteurs, empoisonneurs des peuples, à lui la liberté de propagande pour la continuation des massacres et des ruines. Et à vous, les victimes, le droit de vous taire et de souffrir l’état de siège, la censure, la prison, la menace, le bâillon….

Peuples qu’on ruine et qu’on tue, debout contre la guerre ! Courage ! N’oubliez pas que, malgré tout, vous êtes encore le nombre et que vous pourriez être la force. Que dans tous les pays, les gouvernements sentent grandir en vous la haine de la guerre et la volonté de revanches sociales, et l’heure de la paix sera avancée. »

Comment comprendre qu’aujourd’hui, 100 ans après, le monde continue à résonner des bruits de guerre. Les mêmes armes, en plus sophistiquées, tuent les populations qu’il faut libérer des tyrans que les défenseurs d’un ordre nouveau ont eux mêmes armé et mis en place.

Les Etats-Unis, exigent de ses satellites, que chacun d’eux consacre au minimum 2% de leur PIB aux armements et à la guerre. Or, nous savons qu’1 % suffirait pour faire disparaître la faim dans le monde. Le gouvernement belge vient de décider d’acheter 34 avions militaires F35 qui engloutiront 4 milliards d’euros dans l’immédiat, et 15 milliards d’euros pour le programme d’entretien des appareils. L’armée belge est présente sur plusieurs continents et participe à des conflits pour faire régner un ordre qui n’est pas celui des peuples et des nations libres.

Qui peut prétendre que ce monde à force de s’armer, de se sur-armer, pourra, un jour, éviter le conflit général ? Qui peut prétendre que l’on ne nous obligera pas, ou nos enfants, à revêtir un jour l’uniforme pour défendre des intérêts qui ne sont pas les nôtres ?

A bas la guerre !
A bas les fauteurs de guerre !

 

[:]