[:fr]Le bourgmestre et le curé[:]


[:fr]

Bénédiction du hall sportif communal de Neufchâteau. (1)

Monsieur le bourgmestre, l’État Belge n’est pas catholique,

il est neutre !

Non à la présence officielle de représentants de la la Nation à toute manifestation religieuse.

L’Église catholique, ses fidèles, ont le droit de manifester leur attachement à la « Vierge Marie » ou à quelques autres « saintes » ou « saints ». Aucun libre penseur ne saurait contester le droit à une quelque confession religieuse, le droit de manifester pacifiquement dans la rue sa foi.

La religion est une affaire privée et le droit de pratiquer un culte publiquement est garanti par l’article 19 de la Constitution belge : « La liberté des cultes, celle de leur exercice public, ainsi que la liberté de manifester ses opinions en toute matière, sont garantis, sauf la répression des délits commis à l’occasion de l’usage de ces libertés. » L’article 20 précise que « Nul ne peut être contraint de concourir d’une manière quelconque aux actes et et aux cérémonies d’un culte, ni d’en observer les jours de repos. » L’article 21 stipule que « l’État n’a le droit d’intervenir ni dans la nomination ni dans l’installation des ministres d’un culte quelconque. Il prévoit également que le mariage civil devra en principe toujours précéder la bénédiction nuptiale ».

Mais à quoi avons-nous assisté à l’occasion de cette « inauguration »

du nouveau centre sportif chestrolais ?

Le Député-Bourgmestre – CDH – de  Neufchâteau, Mr Dimitry Fourny et d’autres élus représentants l’État -ès- qualités : dont Mr Patrick Adam, P.S., Mr. Le Ministre des sports René Collin, Monsieur le Gouverneur, Oliver Schmitz, ont participé à une cérémonie religieuse de bénédiction de deux salles publiques, financées par le contribuable, en présence de l’abbé Stéphane Fraiture (2) devant une foule de fidèles, le tout sous les projecteurs de la presse.

En participant officiellement à cette cérémonie, c’est-à-dire en tant qu’élus de la Nation, ces édiles bafouent la liberté de conscience des citoyens de Neufchâteau et au-delà de tous les citoyens belges.

Faut-il rappeler que la population de Neufchâteau est plurielle. Que doivent penser les citoyens juifs, musulmans, protestants, les humanistes agnostiques, les humanistes athées, les bouddhistes, etc. de cet acte d’allégeance officielle à un culte religieux qui n’est pas le leur de la part d’élus, censés dans cette activité,  représenter l’ensemble de la population ?

Cette participation est d’autant plus inacceptable et préoccupante qu’elle se multiplie à l’échelle locale et nationale: bénédiction d’ animaux et distribution de pains bénis lors de la St Hubert, participation de membres de gouvernements ès-qualité au Te Deum, à des canonisations, à des processions religieuses, etc.

Ces actes doivent-ils être considérés comme une invitation aux citoyens à se convertir au catholicisme ?

Respect de la Liberté de Conscience

A ce titre, ni le Roi, ni le premier ministre, ni les ministres, ni les députés, ni les élus locaux, quels qu’ils soient, en tant que tel, n’ont à participer à une cérémonie religieuse, car ils engagent la collectivité qu’ils représentent et favorisent une confession religieuse ou une conviction philosophique.

Lorsque des élus interviennent dans le cadre de leurs fonctions publiques, ils agissent au nom et pour le compte de l’Etat ou des collectivités territoriales qu’ils représentent. Dans ce cadre là, les élus publics sont dès lors soumis au principe de laïcité de l’Etat et de neutralité des services publics et ont l’obligation de respecter les principes définis par les articles de la Constitution en respectant toutes les croyances et en garantissant le libre exercice des cultes, mais en ne « privilégiant» aucun culte.

La laïcité et la neutralité doivent s’appliquer strictement à l’ensemble des services publics et de leurs agents en fonction, ainsi qu’aux bâtiments publics, sur lesquels ne peuvent être apposés de « signes symbolisant la revendication d’opinions, religieuses ou philosophiques ». Elle interdit aux cultes de pénétrer, sous l’angle symbolique,de ces signes, dans la sphère publique pour y exposer, y affirmer leurs doctrines, leurs emblèmes.

C’est pourquoi, Le Cercle de Libre Pensée – Kring voor het Vrije Denken dit Non à la présence ès qualité d’élus, de fonctionnaires à toutes cérémonies religieuses ou philosophiques.

Le CLP-KVD réclame le respect des textes juridiques qui

« séparent » les Églises de l’État et qui stipulent:

L’État chez lui, l’Église chez elle.

(1) Neutralité des bâtiments publics

(2) Voir le rappel du Centre de l’Egalité des chances et de la lutte contre le Racisme :    http://signes.diversite.be/index-action=onderdeel&onderdeel=26&titel=Neutralit%C3%A9+des+b%C3%A2timents+publics.html

K. Dhif

25 mars 2016

 

[:]