[:fr]Notes de lecture : Les Mémoires d’un rat[:]


[:fr]

En cette période de « confinement – déconfinement », de restrictions des libertés individuelles et collectives « Les mémoires d’un rat » de Pierre Chaine (1882-1963) nous permettront d’échapper à l’ennui des discours creux des « sachants ».

Ce récit plein de vivacité, d’esprit, à l’image du Roman de Renard, a été écrit durant la Première guerre mondiale, vient d’être réédité par Pierre-Yves Ruff aux éditions Théolib.

C’est l’histoire drolastique d’un rat de tranchée qui au lieu d’être estourbi, est adopté par un poilu, le soldat réserviste Juvenet. Ce rat affublé du prénom de Ferdinand, habille de bleu horizon, est promu détecteur de gaz de combats par un officier. Le soldat et le rat deviennent des compagnons inséparables. Ensemble, ils vont connaître, l’attente au front, l’enfer de Verdun et du chemin des Dames, la vie d’embusquée, la tragédie de la guerre. Cette fable, cette satire déjoue la censure militaire en faisant dire à Ferdinand ce que Juvenet ne pouvait dire.

Écrites en 1917 « Les Mémoires d’un rat » est un texte pacifiste, bouleversant d’humanité, sont des réflexions sur la guerre qui, en utilisant la fantaisie littéraire, en soulignent les absurdités et l’horreur.

Les Mémoires d’un rat par Pierre Chaine, Editions Théolib, 92 pages – 16 €

Pour commander ce livre, contactez Editions Theolib

[:]