[:fr] »Communautariser » la littérature ?[:]


[:fr]

 

« COMMUNAUTARISER » LA LITTÉRATURE ?

A l’heure où les débats sur la suspension des cours de religion et de morale font rage en Belgique, notre cercle a découvert avec surprise que la Fédération Wallonie-Bruxelles lançait un site de prêt du livre en format numérique gratuit : lirtuel. Si nous applaudissons le projet culturel d’envergure, nous avons été plutôt déconfits par la structure proposée par le catalogue. Elle ne semblait pas correspondre à la classification adoptée ailleurs. Pire, elle contenait un onglet intitulé « littérature chrétienne »! Aviez-vous déjà remarqué que la plupart des bibliothèques utilisaient la même classification ? Que vous soyez à la bibliothèque de l’ULB ou dans la petite bibliothèque communale de Koekelberg, vous trouverez logiquement les ouvrages de Pierre Bourdieu dans les côtes de rangement autour du chiffre 300 et les romans de Cavanna autour du chiffre 800. Et saviez-vous, chères libres penseuses et chers libres penseurs, que cette « classification décimale universelle (CDU) » avait été établie par deux grands penseurs belges en 1905? Et oui, au moment même où nos voisins français obtenaient, grâce à la loi Combes, la séparation effective de l’église et de l’Etat, Paul Oltet et Henri Lafontaine1 , connus dans notre pays pour leur militantisme pacifique, socialiste et féministe et passionnés par la bibliographie, se lançaient dans une aventure qui se poursuit encore aujourd’hui. Contactés par l’un de nos membres, les responsables du projet ont immédiatement reconnu le problème. Ils nous ont expliqué que le programme informatique du site était un rachat d’une plateforme de lecture canadienne qui devait être adaptée à nos besoins et aux ouvrages disponibles en format numérique. Ironie du sort, le seul roman mentionné dans cette rubrique est « Americanah » de Mamanda Ngozi Adichie, une auteure, éditée dans le monde francophone par Gallimard, connue pour sa lutte contre les traditions familiales sexistes et certaines coutumes religieuses du Nigéria. En espérant que le site classe rapidement sous l’onglet « essai littéraire », « Nous sommes tous des féministes » d’Adichie, nous leur souhaitons bon vent!

 Clairon

  1. Pol Delfosse (sldr), Dictionnaire historique de la laïcité en Belgique, Ed. Fondation Rationaliste et les Ed. Luc Pire ; 2005 ; p.178 -179-181-192 – 214- 238 et 309.

[:]